28.9.15

Souffle d'automne.














Graver mais aussi tourner mes pensées 
vers un nouvel environnement à façonner.
Mémorisation d'un étonnant découpage du paysage. 
Les voix portent et se posent sur le son du papier
peint craquelé se déchirant, les odeurs poussiéreuses 
et l'eau fraîche sur nos mains, le contraste du bleu Klein 
des murs du couloir et le lino vert et gris vintage sous nos pieds. 
La tomette aimerait respirer elle aussi, sous son étole de moquette. 
Je coupe et recoupe tout, comme des feuilles de lasagne superposées.

1 commentaire:

Les commentaires