23.6.15

Se dévoiler.





















Hier, j'ai appris quelques nouveaux mots. 
Je peux être réticente à l'apprentissage lorsqu'il se définit 
entre des parenthèses poussiéreuses et établies.
Alors que la magie d'apprendre se découvre aussi dans 
chaque recoin que l'on connaît déjà.
La chair de poule ou… Pelle d'oca.
Résonance si belle et onctuosité des syllabes 
dans le galbe de ces lèvres italiennes. 
En scène. Valse de pensées, j'ai des idées entières 
et aussi des confettis dans ma tête. 
Comme les wagons d'un train de toutes les couleurs, 
partant sur la route de l'inconnu.
Des idées sérieuses et travailleuses, des idées lumineuses 
et de bois gravé, des idées pour haricotsgingembre. 
J'ai aussi des projets d'écriture de lettres alors j'écris chaque matin, 
sur ma machine à écrire mentale, je tape et renvoie à la ligne,
je guette les voitures à gauche et à droite, les vélos et les scooters 
avant de traverser. Ma concentration est extrême, 
mes écrits par la pensée sans limite.
Bientôt, nous serons dans un ailleurs. Tout à découvrir. 
J'espère y inscrire, dans mon ancrage de vie là-bas, ces instants 
de marche et d'éveil créatif. Vitalité vitale. 
J'apprends à écouter ce qui me fait du bien.

Je lis avec parcimonie depuis quelques semaines. 
Chaque ouvrage est choisi longuement et étudié de près 
avant la cavalcade des mots avalés. Je me protège car, 
au détour d'une phrase, un paragraphe peut réveiller 
une armée de saboteurs. Se border les épaules de mon étole 
aux plumes douces et protectrices.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires