1.12.14

On garde le rythme.











C'était hier. 
Je m'imprègne de l'odeur de l'encre, 
de la douceur du tissu. D'une matière à l'autre, 
d'une pression entière à celles plus douces,
de l'encrage noir ou noir et phtalo, chaque impression animalesque
est unique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires